Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 22:01

Si vous avez déjà travaillé à la création d'un site internet, vous êtes normalement déjà passé par l'étape de l'optimisation pour les moteurs de recherches, à savoir le référencement naturel ou SEO. Voici quelques indications qui vous permettront de savoir où vous en êtes dans cette optimisation et ce que vous pouvez encore améliorer cette année. 


referencement naturel google


Eléments in-page

L'idéal est de commencer par optimiser les éléments dits "in-page", notamment, la structure, les titres et balises. 


La strucure du site est pensée au début du travail de créaton, avant toute intervention du graphisme. Il s'agit de créer une arborescence claire pour que l'internaute et le robot puissent comprendre et suivre le contenu que vous allez intégrer. Vous avez ainsi grand intérêt à faire figurer un plan de site au moins dans l'une de vos pages. Le fil d'Ariane permet également à l'internaute de bien visualiser sa navigation et de la remonter à tout moment. 


De la même manière il est préconisé de bien lier vos pages grâce à de liens internes. Ces liens sont faits de préférence sur des mots-clés et non sur des indications type "cliquez-ici" car le lien donne de l'importance au mot ou à l'expression et le but n'est pas d'être référencé pour l'expression "cliquez-ici"...


Concernant les titres et les mots-clés, le choix doit être fait suivant les requêtes des internautes mais aussi des objectifs que vous avez définis pour votre site. N'hésitez pas à taper les mots-clés qui vous intéressent dans les moteurs pour voir qui sont vos concurrents sur ces requêtes ! Les outils de Google pour générer des mots-clés et obtenir des statistiques sur les requêtes représentent un bon support pour évaluer la pertinence des mots choisis et la diffuculée ou non d'être visible (vous les retrouvez dans les outils de Google Adwords).


L'idée n'est pas de remplir tous vos titres et toutes vos pages avec les mots-clés sans réfléchir, mais plutôt de les intégrer fréquemment et selon votre structure. Ainsi, lorsque vous avez découpé votre contenu, vous avez fait des catégories (les menus, les pages...). Vous pouvez ainsi choisir quels mots-clés iront dans quelles catégories et ainsi évter de disperser vos mots-clés sur l'ensemble du site. 


Vos mots-clés principaux vous rapportent le plus de visites mais n'oubliez pas de les décliner pour profiter de l'effet de "longue traîne". Les requêtes sont de plus en plus longues (plus de 3 mots clés) et vous pouvez décliner vos mots-clés pour maximiser votre positionnement dans ces requêtes. 

longue traine

webmarketeur.info


Lorsque vous rédigez la meta description de vote page d'accueil n'oubliez pas non plus qu'il s'agit d'une description de page et non de site, il est donc nécessaire d'en rédiger une nouvelle à chaque fois pour toutes les pages.


Je n'ai pas évoqué le nom de domaine mais il s'agit de l'intégrer dans votre recherche de mots-clés pour trouver celui qui s'adaptera le mieux à votre projet et permettra d'être facilement identifiable.


D'autres part, les url doivent toujours être optimsées pour éviter ce type d'enchainement : "www.monsite.com/?q=fr_&type=15", trop complexe pour les robots, freinant ainsi votre montée dans les résultats de recherche. 


Enfin, pensez à optimiser vos images en remplissant les attributs "alt" et "title" ainsi que la légende, à renforcer vos textes avec des mises en gras (<strong>) et des hiérarchies de titres (<h1>, <h2>...) et à éviter de réaliser votre site intégralement en flash ou en image. 

 

 

Eléments off-page

Après cette optimisation dans la construction de vos pages, il est nécessaire de s'intéresser aux éléments dits "off-page". Il s'agit principalement du travail sur le contenu et les liens entrants.


Comment rendre son site intéressant ? C'est bien la réalisation d'un contenu pertinent, spécifique ou thématique, fréquemment actualisé qui donnera envie aux internautes de revenir et de le partager, de faire des liens sur vos pages. On parle alors souvent de "link baiting" : pour un site informatif cela peut se traduire par des enquêtes ou des articles de fond à forte valeur ajoutée. 


De manière générale, pour obtenir un maximum de liens entrants (=liens externes pointants vers votre site) on pratique le "netlinking" : chercher des sites avec lesquels il est possible d'échanger des liens, créer un blog, partager largement sur les réseaux sociaux.  


Les moteurs de recherche prennent en effet de plus en plus en compte les indicateurs sociaux, ne passez pas côté de cette opportunité et créez des profils sur les réseaux sociaux pour partager vos liens. Cette tendance a fait émergé l'experession de référencment social (ou SMO : social media optimization)


Comme pour la stratégie d'e-mailing marketing, pensez à la version mobile. Votre site doit être rapidement accessible sur les smartphones et le contenu complètement lisible. Même si vos pages arrivent en tête des requêtes, le visiteur s'en détournera s'il n'arrive pas à les consulter facilement ! 

 

Une fois votre site optimisé restez attentif aux évolutions de vos positions dans les résultats de recherche. Le référencement s'apprécie avec des tests et n'est pas immuable (consultez régulièrement les articles sur le sujet). Utilisez enfin Google Analytics pour faire régulièrment des points sur vos visites et, si vous êtes dans une démarche marchande, étudiez votre taux de conversion pour ajuster votre optimisation. 

 

 

A lire sur le sujet : 

Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:02

Vous venez ou allez certainement envoyer des e-mails pour cette nouvelle année, l'occasion de commencer cette série d'articles sur le webmarketing par l'e-mailing.


 

 

39

Il s’agit du nombre moyen d’emails reçus par un internaute français (ContactLab sur arobase.org). En entreprise ce nombre attend 72 par collaborateur.

 

Faire cliquer

Ces chiffres donnent rapidement une idée de la difficulté de faire émerger sa campagne d’e-mailing.

 

 

Pour ressortir du lot et obtenir un taux de clic intéressant (« le taux de clic moyen d’une newsletter [...] est généralement compris entre 2 et 4 % », webmarketing.com) travaillez sur des accroches pertinentes, des liens bien positionnés et pensez que vos lecteurs ne sont pas forcément derrière l’écran d’un ordinateur…

 

Développer l’e-mailing sur mobile

5,4 millions de français vont régulièrement sur internet depuis leur mobile (58% tous les jours) et la moitié le fait pour consulter ses e-mails. 10% des clients d’une entreprise visualiseraient ainsi leurs e-mails sur mobile.

Plus de détails dans ce livre blanc : « Tout ce qu'il faut savoir pour développer l'e-mail marketing sur mobile » à télécharger ici : http://www.dolist.net/pageseditos,385,top_3305003C,livre-blanc,emailing,mobile.html

 

emailmarketing.fr

 

Si cela n’est pas encore fait, je ne peux donc que vous conseiller de bien veiller à optimiser votre e-mailing à la consultation sur smartphone ou à en créer une deuxième version accessible par exemple depuis l’e-mail (avec un lien miroir).

Au-delà du changement dans le code HTML il s’agit de formuler des messages plus simples et concis. Parce que le téléphone mobile est un support personnel et nomade, vous pouvez aussi imaginer n’envoyer que certains types d’e-mails sur les téléphones : bon de réductions, informations sur le compte client… Pensez toujours à adapter le contenu à la taille de l’écran (selon les modèles/marques, selon la tenue verticale/horizontale) et continuez à faire des tests et des analyses sur les habitudes de vos lecteurs pour conserver l’efficacité de votre campagne.

 

blog.mediatrust.com

 

 

 

Travailler sur la clible

Comme je l'avais déjà abordé l'an dernier (E-mail marketing : chiffres et tendances), vous devez passer du temps à la personnalisation de votre message et au ciblage. Il s'agit de segmenter votre marché selon les indicateurs qui seront les plus pertinents selon vos objectifs : âge, profession, client, prospect...  

Voici une indication des principaux types de ciblage utilisés par les entreprises américaines (emailmarketing.fr) :

  • Ciblage selon les intérêts: 59,4%
  • Ciblage des individus ayant ouvert ou cliqué dans un envoi précédent: 34,9%
  • Ciblage selon le profil socio-démographique: 32,5%
  • Ciblage selon l'historique d'achat: 29,7%

Vous découvrirez peut-être certains groupes "niches" que vous pourrez exploiter plus efficacement. 

 


Faire des liens vers vos réseaux

66% des intenautes utiliseraient uniquement les e-mails pour partager du contenu, mais ils sont toujours plus nombreux à le faire avec les réseaux sociaux (journaldunet.com). Il est donc pertinent d'insérer des liens vers vos réseaux pour favoriser le partage de votre contenu encore plus facilement et rapidement. Cela pourra également vous permettre de toucher des contacts qui ne sont pas dans votre liste de diffusion.

 

 

 

 

D'ailleurs, une autre étude (Silverpop - 2011, sur dolist.net) met en évidence que plus des 3/4 des grands e-commerçants insèrent des liens de partage vers les réseaux sociaux au sein de leurs e-mails promotionnels. Il s'agit donc d'une forte tendance qui contribue efficacement à étendre votre présence sur Internet.

 

 

En savoir plus :

20 idées pour collecter des adresses e-mail

http://www.emailmarketing.fr/?p=4315


Monde : les performances de l'e-mailing

http://www.journaldunet.com/cc/03_internetmonde/e-mail.shtml


Infographie : savoir quand envoyer vos emailings : les meilleures et pires heures

http://bertiaux.fr/2011/08/infographie-savoir-quand-envoyer-vos-emailing-les-meilleures-et-pires-heures/

 

Participer à l'enquête : "Pratiques et Tendances 2012 de l'e-mailing marketing en France"

http://storage.dolist.fr/220/www/enquete/tendances-2012/enquete-email-marketing.html

Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 15:01

Référencement naturel, affiliation, médias sociaux, publicité, marketing viral, e-mailing, blogs, smartphones... Les leviers du webmarketing sont nombreux et en constante évolution. Alors comment les utiliser cette année ? Quelle méthodologie adopter ?

Vous vous demandez peut-être comment développer votre relation avec vos clients sur les réseaux sociaux ou comment en évaluer l'efficacité. Vous cherchez certainement à améliorer votre positionnement sur les moteurs de recherche et à fidéliser votre clientèle. Vous allez aimer cette série thématique de début d'année avec différents articles et points de vue sur le sujet.

 

E-réputation

Internet et les médias sociaux ont permis de faire naître une nouvelle relation entre l’entreprise et ses clients reposant sur les interactions et le partage.

D’ailleurs :

71% des entreprises estiment qu’une bonne réputation web est un objectif prioritaire.

78%  de ces entreprises jugent que l’e-réputation a un fort impact  sur l’attractivité des produits et des services

34% estiment qu’elle est essentielle pour améliorer le chiffre d’affaire.

(Etude de juin 2011- observatoire SAS / IDC des médias sociaux : http://www.blog-med-in-web.com/2011/11/e-reputation-en-chiffres/)

 

Comme le précise Loïc Moisant dans son article "Pourquoi surveiller sa E-réputation ?" (« Ils ont pensé le futur : web social, marketing, e-commerce... », coordonné par Pauline Duffour Wargnier & Henri Kaufman), la gestion de cette nouvelle relation client passe par l’adoption de pratiques ciblées, notamment bâtir une communauté d’ambassadeurs de la marque et assurer un service client multi-canal.

Comme lorsque vous essayez de contrôler votre réputation personnelle sur Internet, l’entreprise est constamment tiraillée entre la volonté d’être visible partout et tout le temps, et celle de protéger son image en maîtrisant les contenus publiés et partagés. 

 

e-reputation


Infographie vue ici : blogdumoderateur.com

 

 

Le webmarketing sert justement (mais pas seulement) à maîtriser l’image et  l’influence d’une marque ou d’une personne sur Internet. Les différents leviers que vous allez découvrir dans les prochains articles vous sont donc peut-être familiers car vous les utilisez déjà pour votre propre visibilité. 

 

 

Cité dans cet article : 

Ils ont pensé le futur: web social, marketing, e-commerce...

 

 

- Sujet 1 : l'e-mailing marketing

Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 14:21

Le dernier article sur le marketing et la Saint Valentin a suscité votre intérêt (Saint Valentin et marketing : quelles idées en 2011 ?). A cette occasion on m’a fait découvrir deux autres campagnes que je souhaite vous faire partager. 

 

Spontex / TBWAParis-TBWA365

Vous connaissez déjà surement Ernie, le fameux hérisson lover de la marque d’éponges. Mais vous ne l’avez peut-être pas encore entendu déclarer sa flamme au piano !


Il s’agit là d’une nouvelle opération sur la page Facebook de Spontex : une application permet aux fans de créer leur propre chanson vidéo et de la personnaliser en remplaçant l’éponge par la personne de leur choix (nom et photo).


Une idée plaisante qui permet à la marque d’animer sa communauté sur la page (c’est la 3ème opération depuis septembre dernier) et d’attirer encore plus de fans.


 

 

 

 

trouverunemaitresse.com / Freetouch

La déclaration d’amour de l’agence de communication digitale FreeTouch s’adresse quant à elle aux gros annonceurs français.


« Briefer n’est pas tromper » : sur le site trouverunemaitresse.com elle leur propose de faire une infidélité à leurs agences « régulières » en inventant le concept d’agence maîtresse.


Une prospection surprenante pour montrer sa créativité et son savoir faire.

 

 

 

 

Merci à Samuel et Emilie. 

Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 21:23

Majoritairement du webmarketing ! En effet, l’occasion se prête bien à ce type d’action (email marketing, concours, e-déclarations, pages facebook…) dont le but principal est d’obtenir les informations personnelles des internautes. Les marques disposent par la suite d’une base de données pour connaître leur audience et élaborer leurs stratégies commerciales par rapport aux profils.


Quelques exemples

 

Déclaration d’amour…

Outil largement utilisé pour la Saint-Valentin, la « e-déclaration » permet de créer un trafic ciblé. L’internaute se rend souvent sur un site dédié (http://www.tagadadingue-de-toi.fr/), remplit les champs d’informations personnelles et sa déclaration lui permet ensuite de participer à un tirage au sort pour gagner des lots.

 

… sur Facebook

Tommy Hilfiger préfère une application directement sur son site (« Show the love ») et donne aux internautes la possibilité de poster leur déclaration personnalisée (avec des lettres de scrabble, des pelotes de laine…) sur leur profil Facebook.


 

Faire venir un grand nombre de fans et rediriger le trafic vers les sites officiels

D’autres marques se concentrent sur les pages Facebook pour cette Saint Valentin. La plupart du temps cet outil fait partie d’une campagne plus large s’appuyant également sur des publicités, des jeux concours ou encore du street marketing comme pour l’opération « Globe Lover » d’Air Asia.

 

Air Asia a effectivement choisi d’aller directement à la rencontre des parisiens les 11 et 12 février : des hôtesses en « tuck tuck » proposent une balade en amoureux et distribuent des flyers invitants à se rendre sur la page Facebook de la compagnie aérienne pour participer à un tirage au sort et gagner des billets d’avion.

 

La marque Mattel a elle aussi misé sur une présence en ligne pour sa campagne de la Saint-Valentin. Barbie et Ken font ainsi parler d’eux sur Facebook, Twitter et Foursquare mais aussi en affichage et en vidéo.  

 

 

« Barbie acceptera-t-elle de reprendre Ken pour la Saint Valentin ? ». Toute l’opération repose sur cette question et invite le public à voter sur un site dédié (http://barbieandken.com/).

 

Ce type de vote permet l’implication des internautes dans la « communauté » et donc la fidélisation. Et ce n’est pas la première fois que des personnages fictifs rejoignent les réseaux sociaux : plus de 60 000 personnes suivent aujourd’hui les tweets de Ms. Green M&M'S !


 

Impact 

Au-delà du trafic généré par les campagnes de webmarketing, en particulier celles s’appuyant sur le social media, il faut donc s’intéresser à l’engagement (commentaires, partage de liens…) des internautes pendant la campagne, c’est-à-dire à « l’interaction », mais aussi à la « rétention », c’est-à-dire la capacité qu’a eu a la marque à donner envie à la clientèle de continuer à s’intéresser à elle et donc de rester fidèle (« 5 façons de mesurer le succès d’une campagne de social media », « 10 ways to measure social media success »).


Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 19:31

 

 

Les récents lapsus de politiques (Brice Hortefeux, Luc Chatel et Rachida Dati) font le régal des internautes. Et d'un lapsus à une vidéo qui buzz il n'y a qu'un pas. Retour sur les ingrédients nécessaires pour qu'une vidéo cartonne sur internet : 

 

 

"Une personnalité,
et/ou un message décalé ou trash,
et/ou un peu d'humour,
et/ou un peu de sexe !"

Emery Doligé


 

Aller plus loin

Nous sommes tous des reporters potentiels

Découvrez l'intégralité de l'interview d'Emery Doligé sur LCI : La presse régionale : Reine des vidéos buzz sur le net mais dans quel but ? 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 17:54

La communication sur mobile est aujourd’hui le sujet de plusieurs études et les marques osent de nouvelles formules.

 

Les enjeux sont multiples : même si le téléphone mobile est un media qui permet une excellente personnalisation et offre un taux de pénétration élevé (55 Millions d’abonnés en France : 60% possède l’Internet mobile dont 50% en illimité), il faut véritablement apprendre à communiquer sur ce media.

 

IAB France, l’association internationale dédiée à l'optimisation et à la promotion de la publicité interactive, note ainsi dans une étude de 2008 que « le mobile doit servir à enrichir l’expérience du consommateur initiée au préalable sur différents médias », que « la médiatisation mobile doit viser à développer l’efficacité de l’ensemble du dispositif tout en accroissant les capacités de ciblage et d’ergonomie » et que « le mobile doit s’inscrire dans une stratégie bâtie dans la logique de création d’un parcours média ».

 

On le comprend donc, la communication mobile ne s’improvise pas. Prenons l’exemple du ciblage mobile par rapport au ciblage internet. Si les termes contextuels sont les mêmes (emplacement, heure / jour, capping / fréquence),  la technologie (Flash ou non sur le Web, java et vidéo sur le mobile) et le type de diffuseur (fournisseurs d’accès vs opérateur) diffèrent. Il en va de même pour le modèle de téléphone car suivant les marques les conditions de réception ne sont pas comparables (il existe plus de 1500 terminaux différents et « beaucoup trop de caractéristiques divergent entre les terminaux : tailles des écrans, technologies compatibles, browser web différents et version d’un même browser différent… »).

 

La question de l’intrusion fait également jour. Toujours selon l’étude de l’IAB, « la réceptivité des utilisateurs mobiles aux messages marketing qu'ils reçoivent est mieux assurée lorsque ces derniers contiennent la promesse d'un cadeau ou proposent une promotion. En effet, plus d'un tiers des répondants à l'enquête se sont dits plus enclins à donner suite à une annonce publicitaire sur leur mobile, si cette dernière leur offrait une récompense, comme un coupon de réduction ou bien un produit numérique gratuit : sonnerie de téléphone, morceau de musique... ». Les annonceurs qui franchissent le cap choisissent en effet bien souvent d’offrir des bons de réduction ou des biens numériques pour faire accepter leurs publicités.

 

Pour aller plus loin…

On pourra s’intéresser à cette analyse SWOT du marketing mobile en 2009 publiée sur le site mobilemarketer.com et regarder cette vidéo de la Mobile Marketing Association France.

 

 

Du vocabulaire pour comprendre

·         M-Banking : (Mobile Banking). Le M-Banking est un terme assez récent qui permet de faire des transactions financières à partir de son téléphone portable comme des paiements ou des virements. Ce service est relativement bien déployé au Japon, dans certains pays d’Afrique, en Allemagne, en Belgique et en France.

·         M-Commerce : (Mobile Commerce). Le M-Commerce est le concept s’appuyant sur tous les achats électroniques effectués à partir d’un terminal sans fil. Ce terme est principalement utilisé dans le monde de la téléphonie mobile.

·         M-Ticketing : (Mobile Ticketing). Le M-Ticketing est un concept permettant l’utilisation de son téléphone portable comme d’un ticket papier. Dans la plupart des cas, la seule présentation “de son ticket” sur l’écran de son téléphone permet d’accéder à sa place de cinéma, de concert, de théâtre etc.

·         PULL-SMS : Ce terme désigne l’action d’envoyer un ou des SMS à partir d’un mobile. Dans une communication globale pour un jeu par exemple, on parle d’une campagne de PULL-SMS.

·         PUSH-SMS : Ce terme désigne l’action d’envoyer un ou des SMS vers des mobiles. On l’emploie en général lors de campagnes de communication. On parle alors d’une campagne de PUSH-SMS.

·         TMP : (Télévision Mobile Personnelle). La TMP permet la réception de chaîne de télévision sur son téléphone mobile. Le gros avantage de la TMP est qu’elle n’est pas supportée par le réseau 3G des opérateurs mais par la norme DVB-H c’est à dire par la voie hertzienne. Elle n’est donc pas limitée en nombre de connexions ou de visualisations en simultanée. Elle fonctionne exactement comme la réception hertzienne d’une simple télévision mais dans un format plus réduit. La TMP existe depuis quelques temps déjà dans certains pays asiatiques et devrait bientôt voir le jour en France courant 2009.



Des chiffres pour anticiper.

Etude sur l’internet mobile GroupM et SBW

  • les sites les plus consultés : les portails des différents opérateurs, porte d’entrée de l’internet mobile (15,1% des connexions), les moteurs de recherche (14,2%), les sites pratiques (13,9%), les sites d’information (9,8%), de divertissement (9,1%) et les sites de presse spécialisés (8,7%).
  • 8,3% des mobinautes utilisent également leur internet mobile pour consulter des sites d’achat et de vente, 6,5% se connectant sur des sites de marques.
  • Top 5 des réseaux sociaux consultés : 21% des mobinautes déclarent avoir déjà consulté un réseau social au cours des 6 derniers mois mais la hiérarchie des sites de réseaux sociaux sur mobiles n’est pas nécessairement la même que celle constatée sur le net (données Nielsen NetRatings). Ainsi, Facebook arrive en tête (14,5%), suivi de MSN (8,4%), Skyblog (6,4%), MySpace (3,3%) et Twitter (1,1%).
  • Top 5 des applications téléchargées : Dans le Top 5 des applications téléchargées ces six derniers mois figurent des sites d’informations pratiques : PagesJaunes // Mappy (8,3%). Suivent Facebook (3,7%), Shazam (1,8%) puis le jeu du Pendu (1,4%).
  • E-commerce sur mobile : Si 8% des équipés mobile déclarent avoir déjà effectué un achat via un site de commerce mobile, des freins d’ordre pratique existent, notamment concernant la communication des coordonnées bancaires. De plus, la mesure du coût pour l’utilisateur doit encore être clarifiée, de même que les débits des réseaux mobiles doivent encore se fluidifier pour une navigation plus pratique.

 

 

Des exemples :

  • Les soldes mobiles de Celio.
    Pour les soldes d’été 2008 et celles de l’hiver 2009, Celio a mis en place plusieurs dispositifs de marketing mobile (agence The CRM Mobile Corp.) : envoi de SMS dès le démarrage des bonnes affaires et affichage de codes promotionnels sur les façades de magasins (flashcodes) pour bénéficier de 10% de réduction en magasin.
  • La campagne de TheFirstClub.com et Adeye Mobile lors du salon Promotional Marketing Exhibition 2009 (à Londres du 24 au 26 mars dernier).
    « Les visiteurs du salon (ont reçu) en Bluetooth ou en SMS sur leurs téléphones mobiles un coupon promotionnel qui pourra être échangé contre certains titres (jeux, vidéos ou musiques) disponibles sur TheFirstClub.com ».

 

 

Perspectives :

  • La multiplication des terminaux 3G et le perfectionnement des écrans pour une bonne visibilité du web favorisent la diffusion de messages publicitaires sur mobiles. L’arrivée de la 4G va quant à elle booster les performances de réception.
  • Si le contexte de crise nuance tout de même les estimations du marché, les publicitaires reste donc confiants : « aujourd'hui, ce segment ne pèse qu'entre 2,5 et 5 milliards de dollars, ce qui est bien peu par rapport aux 700 milliards du marché publicitaire mondial. L'essor de ce marché sera compliqué, mais il arrivera, c'est certain. En tant que publicitaire ce sera fabuleux, car le téléphone mobile allie la puissance de l'audience, un ciblage sans équivalent et une géolocalisation parfait. Encore faut-il trouver le moyen pour que la publicité ne soit pas intrusive, élément clé de la réussite » (Maurice Lévy, Président du directoire de Publicis Groupe,  capital.fr).

 

Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 21:03

Vodafone n’est pas en reste sur la communication online. Après avoir testé la publicité in-game, le groupe de télécommunication britannique crée le buzz autour d’une vidéo pour le nouveau mobile de Blackberry.


Le pitch : Simon et Steve, deux collègues,
s'amusent à piloter un mini bolide grâce à leur mobile connecté en bluetooth. Ils décident de mettre leur exploit en ligne et reçoivent un commentaire de McLaren...



 

Simon & Steve's Adventure RC Grand Prix


Mettant en scène le pilote Lewis Hamilton (rappelons que Vodafone est le principal sponsor de l’écurie de Formule 1 McLaren-Mercedes) aux commandes d’une monoplace téléguidée par un Blackberry, la vidéo joue sur l'ambigüité : est-ce une vidéo amateur ? est-ce un fake ? 

La réponse est bien qu'il s'agit d'une publicité volontaire et que les images ne sont pas réelles. le Blackberry Storm dont il est question est bien un bijou de technologie mais il ne peut pas (encore) piloter une voiture à distance sans avoir recours aux effets spéciaux !


Vodafone sert ici l’intérêt de Blackberry dans sa compétition avec Apple sur le marché des smartphones. En effet, le spot d’attaque de la mûre contre la pomme et le récent accord de sponsoring de RIM, la maison mère de Blackberry, avec le groupe U2, avaient déjà relancé la course.

Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 13:45

NATURELLEMENT PULPEUSE

Toujours dans la réponse à un objectif d’image sexy, on notera l’advergame d’Orangina qui fait penser à un « savoureux mélange de « Sims » et de « Sim city » (advergame.com). La marque réussit un très bon buzz pour cette campagne 360° qu’elle à menée à l’occasion de son nouveau positionnement.


Orangina s’adresse à une cible jeune mais relativement large et il n’est pas étonnant que

l’advergame soit accompagné d’un jeu concours (1500 euros à gagner par tirage au sort et des cadeaux pour les joueurs les plus assidus).  

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


PUMA RUNNING

Après le record de vitesse d’Usain Bolt aux derniers Jeux Olympiques, Puma a choisi de lancer un advergame sur son site Puma Running. Le joueur doit défier l’athlète et battre son chrono. Puma est un équipementier très friand de la publicité in-game pour accompagner ses campagnes virales. Il sait jouer sur ses bons résultats et ses joueurs vedettes pour booster son image et prendre des parts de marché.




L’advergame est ici au service d’un site dédié qui met en avant les produits Puma portés par Bolt, une vraie réponse à l’objectif produit. Un atout puisque le jeu à lui seul ne suffirait pas à captiver le public.


 



 

Perspectives

Les artistes se prêtent aussi au jeu…

La preuve il y a quelques semaines avec l’initiative du label Parlophone pour la promotion  du dernier titre de Lily Allen, « The fear ». Développé par Matmi, l’advergame Escape the fear joue sur l’image de la chanteuse et la symbolique de la peur. La réponse à l’objectif produit est réel, la chanson tournant en boucle pendant le jeu (les visiteurs restent en moyenne 5 minutes) et pouvant être téléchargée à la fin du jeu.




 

L’advergame se joue sur mobile

On retrouve bien évidemment Puma sur ce créneau. Yamaha, Orange foot et la RATP répondent également présents.

On notera enfin que le cinéma commence à utiliser l’advergame : The Dark Knight  plonge le joueur dans l’action et le combat, alors que Bolt (pas l’athlète cette fois mais le chien, dernier héro de Walt Disney) fait vivre une course bonus dans New York.


 

Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 21:14

On appelle advergame une « opération de communication centrée sur un mini jeu vidéo créé par et pour l'annonceur ».

 

Les marques s’y tournent de plus en plus depuis :

·   La démocratisation des jeux vidéo et des consoles qui permettent d’atteindre de nouvelles cibles,

·  Les progrès technologiques : Flash permet aujourd’hui d’obtenir de très bons rendus graphiques.

 

En choisissant ce type d’outil les annonceurs veulent répondre à la fois à des objectifs d’image et de produit. L’advergame a des effets sur l’attitude envers la marque, l’intention d’achat et la préférence de marque. Les aspects immersif, ludique et interactif sont des atouts considérables pour créer un lien étroit avec le public.

L’advergame s’utilise le plus souvent pour toucher une cible précise. Généralement le joueur n’a pas d’informations à renseigner avant de commencer. La marque n’est pas à ce moment dans une phase de recherche de cibles potentielles. Ici elle sait déjà à qui elle s’adresse, l’étude des publics a déjà été menée et l’advergame en est une réponse. Toutefois, si l’annonceur souhaite collecter des données il peut coupler l’advergame à un jeux concours. Il pourra également s’en servir comme teasing ou faire-venir pour le jeu lui-même.

 

 


Vous y avez peut-être joué…


 

AGENT M09 


 



Cet advergame a été créé par Publicis en 2008 pour la nouvelle Renault Mégane.

Réponse à l’objectif image : un univers de jeu très dynamique pour moderniser la perception de la marque Renault.

Réponse à l’objectif produit : découverte de tous les angles de la voiture, prise en main virtuelle.

 

 

COCA ZERO GAME

Les objectifs image et produit sont intimement liés : Coca Cola est une des rares marques qui n’a pas besoin de mentionner les caractéristiques de son produit.


 

 


Pour faire vendre elle choisit non pas de montrer les atouts intrinsèques de la boisson (fraîcheur, pas de sucre) mais de créer « l’attitude Coca Zéro » qui séduira le public et l’incitera à suivre ce style. Autrement dit, Coca fonde son advergame (réalisé par l’agence North Kingdom) sur le processus d’identification.



FIGHT FOR KISSES

Intégré dans une campagne media complète, l’advergame de Wilkinson a été très suivi. Pour certains il a cependant raté sa cible : « Fight For Kisses s’adresse plus volontiers à une minorité de hardcore gamers (dont il déçoit les attentes) qu’à la grande majorité des casual gamers, qui exige des advergames immédiats et accrocheurs ».



En effet,  cette remarque nous permet de mettre en lumière deux points importants : la jouabilité de l’advergame, qui doit rester accessible et la prise en main, qui doit être intuitive. Le temps de téléchargement et l’espace de mémoire vive nécessaire sont ainsi des contraintes techniques à prendre sérieusement en compte dans la réalisation du jeu.



THE PASSENGER

Un advergame qui nous plonge au cœur de Paris? entre scénario de film d’action et de film noir. C’est ce que Nokia a proposé il y deux ans pour promouvoir son système de navigation embarqué.



Réalisé par Fuel Games et Hyper Happen l’univers du jeu fait penser à celui de James Bond : accessoires multimédia, belle voiture et femme sexy. La réponse à l’objectif produit est complète avec les produits mis en évidence dans la voiture pilotée. C’est ainsi un téléphone Nokia qui donne des instructions, sert de GPS et d’auto radio.



Advergame Nokia The Passenger


Repost 0
Published by Communiketing - dans Webmarketing
commenter cet article

S'abonner et partager

bouton twitter    bouton rss     bouton facebook 

Recherche

News

Actualité en vidéos

Mon profil

http://lh6.ggpht.com/_WjYFVq8YFlQ/TR-zao50WhI/AAAAAAAAATw/quU_cV45U7o/icon_viadeo.png  http://lh4.ggpht.com/_WjYFVq8YFlQ/TR-zawQ1G_I/AAAAAAAAAT0/cWV0vETuRko/icon_doyoubuzz.png

*

http://www.wikio.fr
Powered by FeedBurner 
Site Meter