Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 16:27

Lorsque des travaux sont engagés (démolition, rénovation, réaménagement…) une communication particulière doit se mettre en place. Il s’agit bien évidemment de communiquer pour informer mais aussi de communiquer pour rassembler toutes les partie prenantes (résidants, élus, associations, commerçants, presse…).

Jean-Louis Laure, consultant chez Sennse (agence spécialisée dans la communication des projets urbains) « résume en trois mots la règle d’or de la communication publique sur ce type de problématique : concertation, anticipation, négociation » (Comment préparer le terrain, CBNews éd. Juillet/Août 2011).   


 

 

Informer

Quelques conseils sont donnés dans un article du blog de l’agence (La communication de chantier) pour permettre la mise en place d’un dispositif d’information efficace. L’idée est de veiller tout d’abord à la « bonne tenue » du chantier (« définir les heures durant lesquelles certains travaux affecteront le moins les déplacements, définir et respecter les heures auxquelles le bruit de certains engins de chantier sera le moins mal supporté, veiller à la propreté des alentours, voire, dans la mesure du possible, du chantier… »).

Différents supports peuvent ensuite être adoptés pour diffuser les informations relatives au calendrier, aux nuisances ou encore aux perturbations dans la circulation : lettre d'information, magazine/site internet de la ville, signalétique… Le choix d’une identité visuelle et d’une signature spécifiques est de rigueur pour rendre « lisible » le projet, quel qu’il soit.

 

Rassembler

Emporter l’adhésion de tous nécessite un véritable plan de communication. L’étape de concertation est primordiale et des enquêtes publiques peuvent être menées pour s’assurer de la bonne compréhension des enjeux. Des réunions publiques sont également utiles pour permettre à toutes les parties de s’exprimer et créer une dynamique positive autour des changements à venir.

 

Les travaux olympiques

Un bon exemple de l’importance de la communication de travaux est celui de jeux olympiques. La ville organisatrice doit procéder à des rénovations urbaines et de mutliples constructions afin d’accueillir des compétitions sportives mais aussi un nombre très important de visiteurs sur un temps donné.

 

Si être une ville candidate signifie implicitement travaux importants, les résidants ne sont pas toujours prêts à accueillir favorablement les changements urbains qui vont être réalisés (et pas uniquement pour les riverains concernés par des relocalisations) alors même que la ville a besoin qu'ils soient les premiers supporters de l'organisation des Jeux. 


 

La communication de travaux de Londres pour les Jeux Olympiques de 2012 s’est ainsi appuyée sur la dimension écologique du projet (gérer les effets de la construction sur l’environnement et les populations : structure du stade en polymère recyclable, nouveaux espaces verts, flamme moins gourmande en dioxyde de carbone (L’écologie en piste aux J.O de Londres, neo-planete.com)) et la transformation « des quartiers déshérités en royaume du sport, de la nature, du shopping et de la douceur de vivre » (Londres 2012 ou le principe de réalité, strategies.fr) pour promouvoir les travaux. Le fait que la ville ait fait le choix d’annoncer que la construction de structures permanentes ne se ferait que dans la mesure où elles seraient utilisées après les Jeux montre bien les visées à long termes des aménagements réalisés et la nécessité de rassurer quant aux investissements.


 

Après le Jeux, le Stade Olympique accueillera donc le club de West Ham United et le village olympique sera transformé en un « complexe immobilier de 1 439 maisons avec un potentiel de 2 000 maisons supplémentaire avec l’achat de 6 ilôts supplémentaires » (Le Village Olympique de Londres 2012 déjà vendu, sportsmarketing.fr).

 

Dès lors, comme l’explique Jean-Pierre Augustin dans Installations olympiques, régénération urbaine et tourisme (Téoros), on comprend bien que « les effets attendus ne sont d’ailleurs pas seulement urbanistiques, ils sont politiques, culturels et s’inscrivent de plus en plus dans des visées touristiques qui s’accompagnent du renforcement de la fréquentation des lieux et d’un attrait nouveau pour les installations urbaines ».

Il note à cette occasion que chaque ville peut avoir une perspective différente. Montréal n’avait ainsi pensé son projet urbain qu’après la construction du Parc Olympique pour utiliser la dynamique du site, alors que Barcelone avait lancé de véritables travaux de modernisation complète de la ville au moment du lancement des Jeux. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Communiketing - dans Communication globale
commenter cet article

commentaires

S'abonner et partager

bouton twitter    bouton rss     bouton facebook 

Recherche

News

Actualité en vidéos

Mon profil

http://lh6.ggpht.com/_WjYFVq8YFlQ/TR-zao50WhI/AAAAAAAAATw/quU_cV45U7o/icon_viadeo.png  http://lh4.ggpht.com/_WjYFVq8YFlQ/TR-zawQ1G_I/AAAAAAAAAT0/cWV0vETuRko/icon_doyoubuzz.png

*

http://www.wikio.fr
Powered by FeedBurner 
Site Meter