Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 16:40

Comment se porte la communication évènementielle ? Quelles sont les tendances ? Voici quelques éléments à partir de l’étude ANAé-Bedouk 2012 publiée en février dernier (lire les études de l'ANAé sur leur site : http://anae.org/documents).


Le marché se porte bien…

On note d’emblée une augmentation de 8% en moyenne par agence du chiffre d’affaires (à périmètre constant). Pour autant les résultats des agences sont variables : 38% des agences déclarent un CA 2010 inférieur à 2009 et 20% des agences réalisent plus de 30% de progression.


… mais ne s’emballe pas.

Ceci expliquant peut-être une vision confiante des évolutions de leurs résultats 2012 (38% des professionnels interrogés prévoit une hausse de le CA de 38%) mais réservée (ils sont plus nombreux (44%) à prévoir un CA stable, et plus nombreux qu’en 2011 à imaginer une baisse (16%)).

 

 


Une forte demande pour l’interne

La typologie des événements a évolué confirmant la volonté des entreprises à organiser des évènements en interne. Ces derniers représentent 39% des évènements réalisés, dépassant ainsi désormais les évènements corporate avec des publics internes et externes (26%). 


 

 

On ne s’étonnera donc pas d’observer une augmentation des évènements organisés en France, et en majorité en Ile-de-France (hors de nos frontières c’est l’Espagne qui reste la première destination).

 

 

 

Si les évènements grand public et culturels sont moins nombreux on notera à l’inverse la stabilité des congrès/symposiums et la légère hausse des salons, amenant probablement pour partie l’augmentation notée des évènements de plus de 500 personnes.  

La tendance reste tout de même à l’organisation d’évènements de plus faible envergure, notamment avec moins de  50 personnes : 32%, revenant presque au taux de 2009 avec 37%.

 

Côté secteur d’activité, c’est toujours celui de la finance / banque / assurance qui est jugé à 42% comme le plus porteur par les professionnels (contre 39% pour l’industrie et 31% pour chimie / pharma / cosmétique, tous les deux en hausse)

Les futurs évènements seront probablement toujours plus « innovants » et « mobilisateurs » selon les anticipations des agences sur les besoins des annonceurs, avec le recours aux nouvelles technologies et aux réseaux sociaux en particulier. 

 

Les chiffres des années précédentes : 

 

Repost 0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 20:33

L'étude ANAé-Bedouk 2011 parue le 2 février dernier nous permet de faire un point sur le marché de la communication événementielle en France.

Les 635 agences entrant dans le périmètre de l'étude ont bien enrgistré une baisse de leur chiffre d'affaire en 2009 (-13,5%) mais plus de la moitié d'entres elles (54%) estiment qu'il va repartir à la hausse en 2011 ou du moins se stabiliser (35%).


Le marché en 2010

Un marché très national

Les opérations commanditées en 2010 proviennent toujours majoritairment de clients français (89% vs 84% l'an passé). 

74% des événements sont organisés en France (toujours en augmentation avec +4% depuis l'étude parue en 2009) : l'Ile-de-France reste la région où se déroulent 6 événements sur 10, suivies par les régions PACA (en légère diminution avec 13% contre 17% les deux années précédentes), Rhones-Alpes (5%), Aquitaine (4,5%), mais aussi deux destinations émergentes, le Nord-Pas de Calais (5%) et les Pays de la Loire (3%).  

Quant aux événements organisés à l'étranger, les professionnels continuent de choisir l'Espagne pour près d'un tiers des opérations et les Etats-Unis (qui font leur retour dans les destinations tendances avec 18%). L'étude précise également que les pays asiatiques comme l'Inde et la Chine commencent à émerger. 


Typologie des clients

Sans surprise il s'agit d'entreprises à 83,5% dont 46,5% pour le secteur Finance/Banque/Assurance, le reste se divisant entre les organismes publics et les associations. On note une baisse importante des événements commandités par les clients du secteur Chimie/Pharmacie/Cosmétique : 25,5% contre une moyenne de 38% les deux dernières années. 

 

Taille des événements

L'étude met en perspective la reprise des événements de taille "moyenne" en 2010. En effet, comme le rappelle le graphique ci-dessous (qui reprend les chiffres des trois dernières études ANAé-Bedouk), les événements de moins de 50 participants sont en baisse par rapport à 2009 au profit de ceux réunissant entre 50 et 500 (représentant 64% l'année dernière contre 51% en 2009), soit un retour à la situation de 2008. 

 

 

Sources

http://www.anae.org/upload/agences/pdf/EtudeANA_-Bedouk2009_SC_2.pdf

http://www.anae.org/upload/agences/pdf/Etude%20ANA_-BEDOUK2010.pdf

http://www.anae.org/upload/agences/pdf/PrezEtudeANAeBedouk2011_1.pdf

sur le blog :

Tendance événementiel, 24 mars 2009

Evénementiel : les chiffres 2009 de l'ANAé, 17 décembre 2009

 

Repost 0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 15:53

L’association des agences de communication événementielle (ANAé) a mené il y a quelques mois une étude sur l’état du marché de ses 67 agences et leurs prospectives. Cette étude s’appuie, d’une part, sur un questionnaire adressé aux agences ANAé (août 2009) et, d’autre part, sur l’analyse de leurs bilans 2008 (publiés avant le 30 juin 2009).

 

Etat du marché en 2009

>> Notons tout d’abord que l’événement reste un des média qui offrent le meilleur retour sur investissement (69%), devant le marketing direct (62%) et les sites internet (39%).

anae chiffres 2009 3

>> Comme dans l'étude du début d'année (voir l'article) les conventions, séminaires, voyages incentive, et congrès représentent la majeure partie des événements organisés, bien devant le grand public et les lancements de produits.

anae chiffres 2009

>> Les chiffres sur la clientèle s’inscrivent dans la continuité de l’an passé : les entreprises représentent 84% des clients des agences (85% en 2008) alors que les collectivités et institutions n’en représentent que 16% (15% en 2008). Alors que le chiffre d’affaire et la marge brute marquent quant à eux une réelle baisse :

anae chiffres 2009 8
anae chiffres 2009 9

 

Les tendances

Grâce aux réponses des directeurs d’agence, l’étude réussit à mettre en perspective certaines tendances du secteur par rapport à l’année précédente.

>> On notera par exemple que les annonceurs mettent de plus en plus d’agences en compétition pour une opération (+23%) et qu’ils sont toujours plus sensibles aux questions de développement durable dans l’événement (+19%).

 

Plus de chiffres ici, sur le site l’ANAé.


Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 17:33

En savoir plus sur le marketing éphémère :
 

 >> « Le marketing éphémère c’est durable »
2point0.20minutes-blogs.fr

>> Pop up store Mickael Jackson, 
camilledessayage.commusicmixmarketing.blogspot.com

>> Pop up store Prada, 
luxuo.frfirstluxe.com


Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 17:17

L’opération est un véritable succès pour le centre commercial Quatre Temps la Défense (groupe Unibail) : tous les lucky bags mis en vente depuis de 21 novembre s’écoulent en quelques heures chaque jour (leparisien.fr / Stratégies, n°1565, 12/11/2009).

 


A raison d’une bonne centaine de sacs proposés quotidiennement, le « Lucky Shop » fait le plein de clients attirés par la nouveauté. Le concept n’est certes pas une première mondiale, loin de là, puisque le concept existe depuis plus d’un siècle au Japon sous le nom de Fukobukuros. Toutefois, en France, personne n’avait encore transformé l’essai.

 

Une idée tendance…

Et voilà chose faite au Quatre Temps. Pour quelques dizaines d’euros (30 à 50 euros) les shoppers s’arrachent ces lucky bags qui contiennent plusieurs produits dont la valeur totale atteint au moins le double du prix d’achat. Les sacs sont classés par catégories (culture, mode, high-tech…) et on y retrouve les produits des marques partenaires (entre autres L’Occitane, Le Tanneur, Castorama, Quicksilver, Father & Sons, Etam) (luckybags.fr).

Chez Apple on connaît déjà bien ce concept marketing, principalement utilisé pour lancer les campagnes des fêtes de fin d’année au Japon et créer du flux vers les Apple Stores (lejournaldugeek.com). Et c’est bien là l’objectif de l’opération Lucky Bags des Quatre Temps : « générer du trafic dans le centre et ses boutiques pour lancer la dynamique des achats de Noël » (cbnews.fr).

 

 
 

… et une boutique éphémère

Car les pop up stores ont réussi à créer l’attraction, susciter l’envie. Comme le note Sébastien Prigent (lennox-consulting.com) le caractère éphémère apporte « fraicheur, spontanéité, effet de surprise, exclusivité… ».

Et les marques ne s’y trompent pas, renouveler les produits n’est plus suffisant. Il faut également moderniser le rapport à l’achat et au lieu de vente : « les marques se servent de ce concept pour ouvrir des boutiques ‘exclusives’ en se détachant des distributeurs et des intermédiaires classiques. Les marges et l’image en sont donc améliorés » (ibid).

 

Signe que les boutiques éphémères vont continuer à fleurir, des sociétés spécialisées se créent pour organiser ces nouveaux rendez-vous commerciaux. A l’image de mypopupstore.fr qui propose de s’occuper de toutes les étapes : la recherche de l’emplacement, l’aménagement du local, l’opération retail, la communication buzz et l’événementiel.
 
 

Repost 0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 00:00

« Un événement de type "flash mob" consiste à rassembler un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer une action précise (danser, chanter, faire un silence, etc.) de manière à attirer l'attention des gens aux alentours et susciter le bouche à oreille. En général, le regroupement ne dure que quelques minutes, et les participants se dispersent vite par la suite » (www2.infopresse.com).

 

Peu importe l’action réalisée les participants sont préparés en amont. SMS, e-mail, facebook, twitter… tous les outils de communication rapide et de type « réseaux » sont sollicités pour assurer la bonne réalisation le jour J.

 

Si le concept de la flash mob a été récemment popularisé par des performances en gare, de nouveaux lieux sont aujourd’hui  pris pour « cible » : rues, boutiques, supermarchés ou encore parcs fréquentés. Les actions s’articulent autour de deux axes : l’immobilisme ou le mouvement. Maintenant on parle ainsi de « freeze party » et de « flash dance » pour les différencier. Le thème du sport fait aussi sont apparition (arrivée surprise de supporters dans la rue...).

 

Les annonceurs et agences de communication/publicité sont très au fait de cette tendance et jouent pleinement aux « flash mobbers ». Et s'ils ne sont pas l’initiative d’une mobilisation éclaire ils s’en inspirent pour leurs outils de communication, comme on l’observe avec le spot « Next Year » d’Afflelou.

 

Le phénomène remonte pourtant à plusieurs années comme le note Natacha Quester-Séméon dans un article du site cyberhumanisme.org. Elle souligne avec justesse que le phénomène des happenings artistiques n’est pas nouveau en soi mais que les nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC) ont renouvelé le concept en apportant « l’instantanéité ».

Elle cite également la réflexion pertinente d’Howard Rheingold (un des éditeurs de Wired) autour des « foules intelligentes » (Smart Mobs - The Next Social Revolution) en s’intéressant  aux implications sociales des technologies et en particulier au « texting ».

 

 

Repost 0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 23:59

GARE EN ACTION

Flashmob Danse - Gare Anvers 23 mars 2009
 



RUE IMMOBILE




RUE EN ACTION

Flashmob AJAX Amsterdam
 

 



GARE IMMOBILE
 

 

Repost 0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 12:37

Evénement et environnement, deux mots qui se ressemblent et qui tentent de s’assembler…

 

Que l’on parle de manifestations grand public, de convention d’entreprise ou de voyages d’affaire, tous concentrent à un moment précis un nombre de personnes élevé, ce qui oblige à recourir à des moyens logistiques de grande ampleur. Ainsi, quelque soit l’événement, il a un impact sur l’environnement. Rappelons que l’on entend par impact « tout ce qui dégrade notre environnement, soit en utilisant des ressources ou des matières non renouvelables (pétrole, charbon, plastiques… soit en entraînant des rejets néfastes déchets, pollution de l’air, des eaux et des sols (ADEME - Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). De par sa nature même, l’événement est donc un outil de communication directement lié aux problématiques de développement durable.  

 

Pour répondre à ces enjeux écologiques plusieurs voies ont été initiées à travers la notion d’« éco-conception » :

Il s’agit d’une « démarche résolument créative et innovante qui vise la prise en compte de l’environnement dès la phase de conception des produits (aux côtés des paramètres classiques : coûts, délais, esthétique, technique…) en prenant toujours en considération le cycle de vie (ADEME) ».

 

Cette prise en compte de la conception amène plusieurs pistes pour l’événementiel :

  • Pour l’édition : choix du papier / du document électronique, choix graphiques pour utiliser moins d’encre, choix du nombre de tirage, choix de l’imprimeur…
  • Pour la diffusion : choix de l’emballage, choix des moyens de transport, choix des cibles…

  • Pour l’audiovisuel : choix des transports (de personnel, de matériels), choix de la production et consommation d’énergie électrique, choix des décors, choix de la table de régie…
    Voir la synthèse du Séminaire Ecoprod, Impacts des diffusions audiovisuelles et cinématographiques sur l’environnement.
  • Pour l’organisation le jour J : choix des stands (taille, matières…), choix des moyens de déplacement,  choix de l’objet/cadeau remis aux participants, choix des repas…

La brochure complète en pdf

 

Pour les animations / soirées  : certains vont en effet plus loin que la conception en proposant des animations de sensibilisation au développement durable : des « green quiz » ou « green party » (EcoEv) ou encore des « green dance floor » (Sustainable dance club).



Et pour aller plus loin :

 

conférence - événements écoresponsables

Repost 0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 13:42

Dans le contexte économique actuel les agences de communication événementielle doivent faire preuve d’ingéniosité tout en faisant face à des annulations de projets gagnés et en restant dans des budgets serrés. Le coût reste ainsi le premier critère  des annonceurs pour choisir une agence (devant la créativité, le savoir-faire et la réactivité).
 

Rappelons qu’en France le marché de la communication événementielle

  • Recouvre 715 agences, soit 7150 collaborateurs
  • Compte en moyenne 10 salariés par agence, dont 59% de femmes

Rappelons également que 23% des agences appartiennent à un groupe ou un réseau (Connect Factory (Aegis Media), Publicis Events (Groupe Publicis), Auditoire (TBWA), NRJ Events (Groupe NRJ), Market Place (Groupe GL Events), Pro Deo (Young & Rubicam)…) et 54% adhèrent à une association ou un syndicat professionnel.


Les chiffres (étude 2009 ANAé – Bedouk Meetings & Events Media ) attestent comme l’an dernier d’un marché majoritairement d’origine nationale (85% des opérations sont commanditées par des clients français) et tourné vers l’entreprise (80% des opérations sont réalisées avec les entreprises).


Les séminaires, voyages incentive, conventions et congrès se taillent toujours la part du lion dans le pourcentage des événements organisés (55%) mais leur taille diminue.



Enfin, concernant les tendances, notons que le Nord-Est
fait son entrée dans les destinations demandées/proposées.  Le développement durable reste quant à lui une valeur très prisée.




Repost 0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 23:30

Pour promouvoir sa dernière technologie pour l’environnement,

la Smart Grid, General Electric mise sur un site dynamique.

 


Le site web ecomagination permet de visualiser les effets de cette technologie sur la vie quotidienne et l’environnement grâce à des animations 3D.


  

 


Encore plus ludique, le site propose également de tester la technologie avec un système de réalité augmentée. Ce système ingénieux mélange réel et virtuel, 2D et 3D.

 


 

 

Rappelons qu’ecomagination est une initiative stratégique lancée en mai 2005. Selon le rapport Ecomagination 2007, elle « vise à répondre à la demande des clients en matière de produits écoefficients tout en participant activement à la croissance de GE ».

 


Le site met aussi en ligne les dernières campagnes publicitaires (tv, online et print) pour ecomagination et la Smart Grid. A destination des cadres commerciaux et des consommateurs, elles mettent notamment l’accent sur les énergies éoliennes et solaires, la réutilisation de l’eau et les moteurs à gaz.

 

 

 


 

Scarecrow - GE Ecomagination


++ Pour voir d’autres démos de réalité augmentée : Boffswana et Total Immersion

 

Repost 0

S'abonner et partager

bouton twitter    bouton rss     bouton facebook 

Recherche

News

Actualité en vidéos

Mon profil

http://lh6.ggpht.com/_WjYFVq8YFlQ/TR-zao50WhI/AAAAAAAAATw/quU_cV45U7o/icon_viadeo.png  http://lh4.ggpht.com/_WjYFVq8YFlQ/TR-zawQ1G_I/AAAAAAAAAT0/cWV0vETuRko/icon_doyoubuzz.png

*

http://www.wikio.fr
Powered by FeedBurner 
Site Meter