Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 21:31
Les fêtes de fin d’année sont une période propice pour observer les nouveautés en termes de merchandising, en témoigne le travail réalisé pour élaborer les vitrines du Printemps à Paris (coulisses et illuminations).

Installation des vitrines de Noël 2009 au Printemps, Paris
envoyé par Communiketing. - Futurs lauréats du Sundance.



S’intéresser au merchandising c’est s’intéresser aux techniques qui améliorent l’implantation et la présentation des produits dans un espace de vente, et ce afin d’accroître les ventes et la rentabilité des produits.

Les vitrines sont ainsi un des ressorts pour mettre en valeur les produits et/ou services d’une enseigne. Elles sont spécialement étudiées pour séduire la clientèle et l’attirer à l’intérieur de la boutique. Précisément elles permettent de communiquer sur les offres, les promotions, les nouveautés, mais aussi de développer les ventes d'un produit particulier, de nourrir l'image et la notoriété du point de vente.

La création d’une vitrine répond donc bien à un objectif commercial et reste guidée par le message que l’on décide d’adresser au client. (apce.com). La multiplicité des points de vente rend toutefois l’exercice de plus en plus difficile. En effet, les clients sont très régulièrement exposés aux vitrines et pour retenir leur attention il faut savoir créer une ambiance spécifique voire unique grâce au travail sur la mise en scène de l’espace, et parfois faire évoluer les techniques. Actuellement, on voit ainsi de nombreuses nouveautés dans l’animation et l'interactivité : 

- ici la Dynabox par L'atelier des Jum's qui permet d’animer de grandes vitrines ou plusieurs simultanément, ainsi que l'intérieur du point de vente (dynabox.fr). 





- la chaîne de sport ESPN America a quant à elle développé une vitrine interactive et parlante : des joueurs de foot américain interpellent les passants et leur proposent d'attraper leurs ballons !



- A Marseille, Adidas a également opté pour l'hologramme (le gardien Mandanda) pour son concept store : 


Repost 0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 22:25

Vous l'aurez remarqué dans les clips les plus récents ("I got a feeling" des Black Eyed Peas, "Apprends-moi" de Superbus), pour se renouveler il faut jouer sur la phosphorescence !

   


Et cette tendance s'inspire directement des performances de certains danseurs (voir ci-dessous les danseurs de Noriko), et des nouvelles créations de mode comme les jeans Diesel spécialement étudiés pour une utilisation en soirées et boites de nuit. 



 



Depuis le passage du clip des Black Eyed Peas, les commentaires affluent sur les forums pour trouver la recette de la fameuse peinture phosphorescente utilisée !




A n'en pas douter, ce groupe sait comment communiquer et fédérer par l'innovation et le renouvellement des concepts créatifs. En effet, on se rappelle très bien de leur performance de flashmob à Chicago (toujours sur "I got a feeling") qui surfait sur ce nouveau type de rassemblement public. Bluffant...

Repost 0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 19:21
Le shopper marketing est né dans les années 80 du désir de « mieux comprendre le processus d'achat de leurs consommateurs, afin de pouvoir mieux leur vendre et les fidéliser » (e-marketing.fr). Cette approche tente de répondre aux interrogations sur la manière dont les clients choisissent une enseigne et un produit, mais aussi sur les raisons qui les poussent à changer d’avis au dernier moment (une fois dans le rayon) alors que l’acte d’achat était prévu et déterminé. Elle amène à repenser l’importance donnée aux différents points du marketing mix (traditionnellement, product/price/place/promotion) et l’organisation des acteurs.


Shopper Marketing : capturing a shopper’s Mind, Heart and Wallet
(The Grocery Manufacturers Association and Deloitte).
(gmaonline.org)



Quand le consommateur choisit le PRIX.

Aujourd’hui on cherche toujours à découvrir les motivations profondes (« insights into actions ») des consommateurs pour adapter les choix marketing. Les récents tests du « pay what you want » (PWYW - Payez ce que vous voulez) s’inscrivent dans cette logique et repose sur un principe simple : le consommateur détermine le prix qu’il souhaite payer pour un produit/service.

L’exemple ce mois-ci de BrandAlley (linformaticien.com) montre bien que le PWYW ne remplit pas des attentes commerciales à court terme mais qu’il a des effets directs sur la notoriété, l’image et donc le gain de nouveaux clients (à noter qu’il s’agit d’achats sur internet).
Certains restaurants mettent également en place ce type d’offre marketing depuis plusieurs mois. Les spécialistes du shopper marketing attendent donc les évolutions du PWYW dans les différents secteurs avant de tirer des tendances sur les comportements des consommateurs face à ce nouveau système de fixation des prix.


Repost 0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 11:39
Si le marketing de Glacéau pour son eau vitaminée est offensif outre-atlantique, la marque, acquise par Coca-Cola en 2007, adopte une autre stratégie de communication en France.




Aux Etats-Unis et au Canada Vitaminwater est déjà commercialisée depuis une dizaine d'années. Glacéau positionne son produit sur le créneau santé, ce qui lui vaut des litiges judiciaires. En effet, le Centre pour la Science et l'Intérêt Public (CSPI) poursuit actuellement Coca pour "publicité mensongère". Son argumentation est simple : les 33 grammes de sucre contenus dans une bouteille de Vitaminwater ont "bien plus d’effets indésirables sur l’obésité, le diabète et autres maux que d’effets positifs liés à la présence des vitamines annoncées sur la bouteille". Un des consommateurs américain de la boisson, James Koh, est également dans le procés. Il dénonce lui aussi l'argument santé avancé par Glacéau : "J'étais attiré par l'idée d'avoir des suppléments en vitamine, mais je ne savais absolument pas qu'en fait je consommais presque autant de sucre et de calories qu'en buvant un Coca" (metrofrance).



En France, l'arrivée de Vitaminwater se fera donc discrètement. Selon Cbnews la campagne de communication commencera à Paris mais ne comprendra aucune publicité : "Coca-Cola mise sur  un schéma de distribution en circuit hors foyer (ventes à emporter, spa, coiffeurs, hôtels et certains restaurants parisiens tendances). La marque, qui vise un public de 18/24 ans CSP+,  compte également sur  l'échantillonnage jusqu'a fin 2009 et sur sa présence au "Popup", un lieu éphémère situé dans le IVe arrondissement, que Coca-Cola loue jusqu'à la fin avril. Le bouche à oreille et la communication sur le point de vente compléteront le dispositif".

Repost 0
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 20:52
Le 24 février dernier (09), Lacoste annonçait sa participation à l’opération internationale « Save your logo » et ainsi le financement de programmes pour sauvegarder l’animal de son logo, le crocodile.

Cette opération internationale a été lancée par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM – structure de l’ONU), la Banque mondiale et l'Union internationale pour la conservation pour la nature (UICN) afin d’inciter les marques à participer à la protection des espèces menacées.


Pour ce faire, Monique Barbut, présidente du FEM, déclare offrir aux marques « de la matière pour communiquer » (Stratégies, 26/02/09, n°1534). En effet, c’est un jeu donnant-donnant : Lacoste investit 1,5 millions d’euros sur trois ans et le FEM garantit en retour que « 80% de ce budget sera affecté à des projets de conservation de l'espèce considérée, et 20% sera dédié à l'image de l'entreprise » (L’express, 206/02/09). Le FEM met également en avant son expertise et ses études sur le terrain. Elles constituent un outil pour mettre à disposition des marques les données scientifiques précises lui permettant de communiquer sur l'animal de son logo : « il ne s'agit donc pas d'une action à caractère philanthropique. Il s'agit de vendre un vrai projet aux entreprises. Et d'intégrer de ce fait les budgets communication et marketing, beaucoup plus élevés que les budgets destinés aux actions caritatives ».


Un mécanisme de contribution bien pensé et qui permet d’envisager un processus de protection même si l’ animal du logo n'est pas en voie de disparition (dans ce cas le FEM propose de protéger son environnement naturel, les espèces qui l’entourent et qui lui permettent de se reproduire) et même si l’animal n’est pas l’emblème d’une marque (dans cet autre cas le FEM envisage de mettre en place l’adoption d’un animal par une entreprise).

lacoste-poster
Visuels presse : BETC Luxe.


En discussion avec Orange, Monique Barbut réfléchit enfin à amplifier le rôle pédagogique de la campagne : « Grâce à son téléphone mobile, un adolescent pourra avoir accès aux images de la webcam filmant l’animal qu’il aura au préalable adopté ».

Les prochaines marques à suivre l’opération : Puma, Generali, Peugeot, Caisse d’Epargne, Msn. Quant à Lacoste, le premier projet soutient une zone d’habitat protégée pour les derniers 200 gavials en Inde et en Chine et dont l’évolution sera bientôt suivie par des webcams.

Repost 0

S'abonner et partager

bouton twitter    bouton rss     bouton facebook 

Recherche

News

Actualité en vidéos

Mon profil

http://lh6.ggpht.com/_WjYFVq8YFlQ/TR-zao50WhI/AAAAAAAAATw/quU_cV45U7o/icon_viadeo.png  http://lh4.ggpht.com/_WjYFVq8YFlQ/TR-zawQ1G_I/AAAAAAAAAT0/cWV0vETuRko/icon_doyoubuzz.png

*

http://www.wikio.fr
Powered by FeedBurner 
Site Meter